Nos coups de coeur DVD - avril 2014


Nos coups de coeur du mois 

Boutique Potemkine - Newsletter avril 2014


Régulièrement à travers nos newsletters, nous vous tenons informés de nos nouveautés, nos imports, des raretés, de documentaires, de propositions en cinéma expérimental et en films d'animation. Notre plaisir est de vous faire une proposition parmi ces éditions et rééditions et de vous faire redécouvrir les pépites qui constituent la sélection de notre boutique. 

Le début du mois d'avril sera celui de nos "coups de coeur" avec au programme Bergman, Wilder, Terrence Davies, le premier long d'Hubert Viel, l'un des deux seuls films du critique Robert Benayoun et un film de genre précurseur de Robert Wise. 

Egalement dans le cadre de nos rencontres à la boutique, nous recevions vendredi 21 mars dernier, les réalisateurs Serge Bozon et Axelle Ropert et le 28 mars Hubert Viel pour la sortie de leur DVD respectifs. Chacun d'entre eux a sélectionné son Top 10 afin que nous rentrions encore plus dans leur univers. Consultez-les ! Top 10 Serge Bozon, Top 10 Axelle Ropert, Top 10 Hubert Viel.

                                                                                                 L'équipe de la boutique


3 films majeurs
d'Ingmar Bergman
La trilogie
de Terrence Davies
Fedora
de 
Billy Wilder
Ingmar Bergman les yeux fermés ou grands ouverts... Studiocanal continue de nous enchanter avec ses rééditions DVD et surtout avec ses Blu-Ray où le travail de restauration effectuée redonne toute sa force et sa puissance à l'image et au son du maître suédois.  (...) Un chef d'oeuvre récemment restauré par le BFI où l'on découvre le talent singulier d'un des grands réalisateurs anglais (...) L'oeuvre de Wilder, c'est un passage du noir au très noir diront certains. Et c'est vrai que Fedora, si il devait être considéré comme une suite de Sunset Boulevard (...)

Artémis, coeur d'artichaut 
d'Hubert Viel
 Paris n'existe pas
 de Robert Benayoun
Le Mystère Andromède
de Robert Wise 
Librement inspiré des Hymnes de Callimaque et des Métamorphoses d'Ovide, ce road-movie mélancolique et joyeux convoque le goût du jeu de Rohmer et le merveilleux de Miyazaki (...) Serge Gainsbourg tenait Paris nexiste pas pour le moins mauvais film dans lequel il ait fait lacteur. En dandy décadent, il est plutôt convaincant, mais lintérêt du film ne sarrête pas là (...) Wise commença de tout en bas puis devint monteur pour Welles. Pas mal comme formation. Il donna un coup de main sur La malédiction des hommes-chats et l'année suivante réalisa un premier chef d'oeuvre : Le récupérateur de cadavres (...)