Dossiers / [Coup de coeur]

Chien Enragé d'Akira Kurosawa

Chien Enragé d'Akira Kurosawa



Après avoir édité plusieurs de ses « oeuvres de jeunesse » au mois de novembre, Wild Side continue sa superbe collection Kurosawa avec la ressortie de « Chien enragé », l’un de ses plus grands films.
La ressortie de ce chef-d’œuvre constitue déjà en soi une bonne raison de se réjouir puisqu’il était actuellement épuisé, mais l’éditeur ne s’arrête pas là et nous le propose dans une très belle version restaurée en Blu-ray/ DVD qui devrait ravir les fans.


Love Streams

Love Streams


Découvert par beaucoup lors de sa ressortie au cinéma en 2003, souvent considéré comme le film testament de John Cassavetes,  Love Streams sort ce mois-ci dans une magnifique édition prestige chez Wild Side Vidéo.

Show Me A Hero

Show Me A Hero

Show me a hero and I will write you a tragedy. Ce sont ces mots de Fitzgerald qui ont inspiré à David Simon, génial créateur de The Wire, Treme ou encore Generation Kill, le nom de sa nouvelle série.

Le Décalogue

Le Décalogue

La magnifique édition polonaise du Décalogue de Krzysztof Kieslowski est disponible en version restaurée et sous-titrée français en DVD et Blu-Ray à la boutique !
L’occasion de redécouvrir cette merveille épuisée en DVD en France depuis plus de 3 ans !

 

Le Jardin de Martin Sulik (1995)

Le Jardin de Martin Sulik (1995)

Film d'auteur slovaque de 1995 construit en huit-clos dans un jardin et narrant les remises en question existentielles d'un trentenaire...

"Le mystère Andromède" de Robert Wise (1971)

Il existe une grande famille de cinéastes américains qui, faute d'avoir acquis le statut d'auteur ici en France où la notion d'auteur est primordiale, furent peu à peu considérés comme de "bons faiseurs". Pas un jour à la boutique où l'on ne me demande Cassavetes, Ford, Hawks, Hitchcock, Lynch, Cukor ou Coppola. Mais rares sont ceux qui arrivent et qui demandent Wyler, DeToth (si ! une fois), Kramer, Boetticher, Fleischer ou Wise... (lire la suite de l'article)

Fedora de Billy Wilder (1978)

Fedora de Billy Wilder (1978)

L'oeuvre de Wilder, c'est un passage du noir au très noir diront certains. Et c'est vrai que Fedora, si il devait être considéré comme une suite de Sunset Boulevard, confirmerait cette remarque. Wilder, pour cet avant-dernier film y jettera tout son mépris pour le nouvel Hollywood et toute son amertume sur le monde en général. Plus proche du film d'horreur que du drame intime, Fedora  se tient sur cette frontière fragile qui sépare le mauvais téléfilm du chef d'oeuvre classique, une sorte de mix improbable entre Pulsion de De Palma (un des fondateurs du Nouvel Hollywood justement) et La Comtesse aux pieds nus  de Joseph L.Mankiewicz. Fedora , film qui ne ressemble à aucun de ses contemporains (on est en 1978) est un film malade autant que stupéfiant, terrifiant, fascinant et finalement bouleversant.
Dans le haut du panier des films de Wilder. 

Dersou Ouzala

Dersou Ouzala

"Je suis un faiseur de films ; les films sont mon véritable moyen d'expression. Pour savoir ce que je suis devenu, je pense que la meilleure façon de faire serait d'observer les personnages des films que j'ai réalisés. Bien que les êtres humains soient incapables de parler d'eux mêmes avec une totale honnêteté, il leur est beaucoup plus difficile de se dérober à la vérité quand ils jouent à être un autre. Ils en disent alors beaucoup plus sur eux-mêmes, d'une façon très directe. Rien n'en révèle plus sur son créateur que l'oeuvre d'art elle-même." Akira Kurosawa.

Le Quattro Volte

Le Quattro Volte

Au commencement, Michelangelo Frammartino raconte qu'il y eut cette phrase de Pythagore qui dit que nos vies sont faîtes de quatre vies consécutives, toutes liées les unes aux autres : "nous sommes minéraux car nos os sont faits de sels et de minéraux, mais notre sang est similaire à la sève des plantes. Comme les animaux nous évoluons dans le monde, mais notre esprit rationnel nous rend humain".

Deux films de Wang Bing

Nous vous proposons de découvrir notre dossier autour de deux films de Wang Bing passés presque inaperçus lors de leur sortie en salle, mais très remarqués dans divers festivals. L'édition DVD, par Cappricci, de  Jiabiango (Le Fossé, 2010) et Fengming (Chronique d'une femme chinoise, 2007) sera donc l'occasion pour beaucoup de découvrir ces films de l'auteur du monumental A l'ouest des rails (2003). On ne peut trouver d'équivalent à cette oeuvre sur la mémoire que chez Ophuls avec Le chagrin et la pitié, ou encore Lanzmann et sa Shoah.