Dossiers / Tiempo de morir[Coup de coeur]
tiempodemorirtricot.jpg
S'il n'est pas très connu ici en France, Arturo Ripstein est une véritable légende au Mexique. Cinéaste prolifique (et encore en activité), il frappa un grand coup dés son premier film, "Tiempo de Morir", pour lequel il sollicita le concours de Gabriel  García Márquez et de Carlos Fuentes (rien que ça !!!!!!) pour en écrire le scénario. Ripstein avait alors 23 ans.

Quelle drôle d'idée de choisir de faire un western lorsque l'on est un tout jeune cinéaste au milieu des années 60. C'est pourtant à l'intérieur de ce genre, aux codes si inflexibles,  que Garcia Marquez et Fuentes vont y développer les thèmes qui seront les leurs dans les romans qui les feront connaitre. Car on est ici plus dans le drame intime que la grande épopée pleine de bruits et de fureurs. Un homme sort de prison et doit affronter la famille vengeresse de celui qu'il tua 20 ans plus tôt. Pressions, menaces, offenses. Ripstein fait monter, petit à petit, la pression et ausculte les réactions et les comportements de chacun.

Si le film propose une rupture avec le western traditionnel, en confinant son action, "Tiempo de Morir" ne fait pas fi de la tradition.  Ripstein ne se pose jamais en démolisseur du genre. On y retrouve les figures habituelles : saloon, duel, amitié virile...

Justement, la virilité. C'est bien là le grand sujet de "Tiempo de Morir". On est au Mexique, en 1966. La structure patriarcale de la famille et de la société toute entière est très prégnante. Et on peut dire qu'Arturo Ripstein tient cette virilité débordante dans son viseur (dans quel autre western verrez-vous un cowboy faire du tricot, comme montré sur l'illustration ci-dessus). C'est justement parce que la virilité est un des thème majeur du western que les deux auteurs du scénario ont choisi ce genre pour l'évoquer. La virilité, ou comment elle détruit le monde. Ici, chaque coup de sang testostéroné provoque une catastrophe. Elle salit ceux qui la font subir autant qu'elle fait du mal au reste du groupe. Chaque éclat virilisant participe à enterrer un peu plus la vérité et la paix. Dans "Tiempo de Morir", la virilité est montrée comme une malédiction dont est marqué du sceau le pauvre personnage principal, et bien-sur, toutes les femmes. 

Il est dommage que les films d'Arturo Ripstein soient, à ce point, introuvables en France, ce "Tiempo de Morir" faisant la démonstration des qualités de son réalisateur. Nous remercions Sidonis d'avoir ressorti cette petite pépite en DVD et Bluray et espérons que d'autres suivront.