Dossiers / Pain et chocolat[Coup de coeur]
paneecioccolata.jpg
Qu'est ce que c'est, que d'être un travailleur immigré dans un pays de culture très éloignée ? Qu'est ce que c'est de l'intérieur, de l’intime ? C'est à cette question que tâche de répondre ce film de Franco Brusati, avec pertinence, drôlerie et gravité.

D'abord, sachez que ce film est avec "La maman et la putain" le film non disponible en dvd le plus demandé ici à la boutique. Mais voilà que sort, en Italie un dvd avec des sous-titre français. Ô joie !

Nino Garofoli est un prolétaire italien qui, obligé de quitter l'Italie pour des problèmes judiciaires, devient serveur dans un restaurant Suisse. Mais que voulez-vous, la culture méditerranéenne s'intègre mal à la culture helvèto-germanique. C'est un problème vieux comme l'Europe. Et notre "Nino" d'être balancé dans les turpitudes de l'immigration dans un pays sévère sur ce point, de valdinguer au rythme des décisions administratives, des lois mal comprises, des escrocs qui profitent de sa fragilité.
C'est le corps détruit, fracassé que finira Nino, tandis que le train l'attend pour retourner dans son pays, synonyme d'enfer pour lui.

On pensera à une autre film italien de la même époque, le formidable "détenu en attente d'un jugement" de Nanni Loy, pour sa "drôlerie violente", son étude implacable d'une administration, d'un système absurde et oppressant. On est bouleversé par la prestation émouvante de Manfredi, autant que celle de Karina, autre immigrée malheureuse, obligée d'offrir son corps pour des papiers.

N'est-ce pas terrible, de ressentir à la fois du dégout pour sa culture d'origine et pour la culture du pays qui accueille ? En effet, c'est là le point d'orgue du film. Nanni ne supporte plus les autres immigrés italien et leur affreux folklore pas plus que la froideur tout en blondeur du pays hélévete. Car comment vivre, comment se considérer lorsque sa place n'est nulle part sur la Terre ?