Ordet
BONUS :
- Introduction du film par Patrick Zeyen (écrivain et cinéaste)
- Présentation du film par Olivier Assayas
- Carl Theodor Dreyer commente son film

Ordet / Ordet

Carl Theodor Dreyer
1955 / 120 MIN / Danemark
"Le visage est une terre que l’on n’est jamais las d’explorer. Il n’y a pas de plus noble expérience, dans un studio, que d’enregistrer l’expression d’un visage sensible à la mystérieuse force de l’inspiration. Le voir animé de l’intérieur, et se changeant en poésie." Carl Th. Dreyer
Au Nord du Danemark, dans région du Jutland, le vieux Morten Borgen exploite ses terres avec l’aide de ses trois fils. L'aîné, Mikkel, est marié à Inger qui attend leur troisième enfant. Johannes, le second, est pris pour un fou car il se prend pour le Christ et parcourt la campagne en prophétisant. Anders, le plus jeune, est amoureux d'Anne, mais son père s'oppose à leur union pour des raisons de dissensions religieuses et rien ne semble pouvoir l’en dissuader. La bien-aimée Inger meurt en couches. Mais soudain Johannes réapparaît…
Adapté d’une pièce de Kaj Munk que Carl Theodor Dreyer simplifie pour en dégager l’essence dramatique, ce chef d’œuvre de pureté récompensé par un Lion d’Or à Venise en 1955 est sans doute le plus grand film de l’histoire du cinéma sur la foi et la sainteté. Le génie de Dreyer a été de placer la dimension surnaturelle du miracle dans un cadre concret d’un tel prosaïsme qu’il donne l’impression de voir un documentaire sur une famille de fermiers dans le Jutland des années 1930. Hymne à la vie, à la foi et à la puissance de l’amour, Ordet est un film essentiel qu’il faut voir et revoir, un miracle cinématographique.