France Boutique en ligne / Europe Occidentale / France / Jean-Michel Barjol - Nadia / Au temps des Chataignes / Santo Pietro / La Peau Dure

> Jean-Michel Barjol - Nadia / Au temps des Chataignes / Santo Pietro / La Peau Dure

1962
22.90 €

Nadia , 1963
Histoire d'une fugue à 16 ans. Un film absolu sur l adolescence.

Au temps des Chataignes, 1965
Le film décrit la fin d un monde, vécu par un couple de vieux paysans, sur les hauts plateaux Ardéchois.

Santo Pietro, 1967
Un des premiers films sur les jeunes des cités, déjà prisonniers du béton.

La Peau Dure, 1969
Dans un Jura sous la neige, délirante saga d un authentique fossoyeur. Un film surréaliste débordant de vie, d énergie et de rires.

Avis Potemkine :
Le cinéma de Jean-Michel Barjol est si confidentiel (indépendant et libre) que l'on serait presque passé à coté d'un petit coffret sorti chez BQHL, voilà maintenant quelques années, réunissant ses premiers films dont les admirablissimes « Au temps des Châtaignes » et « La peau dure ». J'avais découvert Jean-Michel Barjol en décidant un jour de voir tous les films de Jean Eustache. Il y avait en effet, au générique du film « le cochon », immense chef d'oeuvre du cinéma des années 70, un nom à coté de celui de Jean Eustache, un co-réalisateur du nom de J.M Barjol. Dans ce film en commun qui raconte l'inéluctable passage de la forme à l'informe, du corps à la poussière, du vivant à la mort puis de la mort à l'objet, du cochon à la saucisse pour tout dire, il y a tout Barjol. Et même plus Barjol qu'Eustache oserait-on, à savoir la cohabitation vertigineuse du naturalisme et de la métaphysique avec toujours ce je-ne-sais-quoi d'humour inquiétant.

Si ce merveilleux film ne figure pas dans ce coffret, quatre films néanmoins sont réunis ici, très représentatifs de deux thèmes chers à Barjol : La jeunesse sauvage et le travail rural. La jeunesse sauvage pour les films « Nadia » et « San Pietro » deux films dont je vous laisserai découvrir seul la quête de beauté brute. Le travail rural pour « Au temps des chataignes » et « la peau dure », qui nous intéresseront ici dans ce court article, puisqu'ils se rapprochent plus du « cochon », ma première rencontre avec ce cinéaste, un choc. « Au temps des châtaignes », c'est l'histoire d'un vieux corps abîmé d'une vieille femme dans une vieille maison dans la vieille campagne de la vieille France. Un commentaire un peu affecté nous commente les images en train de passer de cette vieille femme travaillant dure malgré son âge. Doucement, nous nous prenons d'affection pour ce corps souffrant, cet âme qui a vu passer les années au rythme des saisons et puis tout à coup la voix off change de ton, nous raconte autre chose, nous raconte le film en train de se faire. En interrogeant ses images, son métier, le matériel d'enregistrement utilisé pour faire le film, Barjol nous met en garde en même temps qu'il interroge notre histoire. Celle de ces vénérables travailleurs passée dans l'objectif d'une caméra, une caméra qui peut permettre de mieux voir mais qui permet aussi de mentir.

« La peau dure » est avant tout un film drôle. Le fossoyeur d'un village jurassien et sa femme se racontent devant la caméra bienveillante de Barjol. Ils racontent leur quotidien, puis les trous qu'ils ont fait pour tant d'autre, et les petites histoires qui vont avec. Au fil du film se dessine un portrait de plus en plus grotesque et sincèrement touchant en même temps que nous apparait lentement leur solitude, leur isolement du reste du village. En effet, Barjol explique dans l'excellente interview qu'il donne en bonus de ce dvd que tout le monde dans le village évitait soigneusement ce couple parce que, voyez-vous, le fossoyeur était un si formidable professionnel et son oeil si aiguisé que lorsqu'il croisait un voisin un peu jaune, il ne pouvait s'empêcher de prendre, à l'oeil, les mesures...
Type : Fiction
Zone : 2 (Europe)
Durée : 127 mn
VO : Français
Editeur : bqhl
Nombre de disque : 1
Pays : France
Format TV : 4/3