Dossiers / [Coup de coeur]

Le festin nu

Le festin nu




Déstabilisant, The Naked Lunch, écrit par William S. Burroughs dans les année 50 l'est assurément. C'est même une des œuvres littéraires les plus déroutantes jamais écrites. Réputée inadaptable pour le grand écran, c'était sans compter sur David Cronenberg qui, non seulement transforme l'essai, mais signe aussi un de ses films les plus émouvants. 

Pain et chocolat

Pain et chocolat




Qu'est ce que c'est, que d'être un travailleur immigré dans un pays de culture très éloignée ? Qu'est ce que c'est de l'intérieur, de l’intime ? C'est à cette question que tâche de répondre "Pain et Chocolat" de Franco Brusati, avec pertinence, drôlerie et gravité.

La longue nuit de l'exorcisme

La longue nuit de l'exorcisme



Soyons honnête, dans le giallo, tout n'est pas bon. Loin de là. Cette vague de films d'exploitation italiens nous aura offert du bon et surtout du moins bon. Par chance, "La longue nuit de l'exorcisme" de Lucio Fulci fait parti du très haut du panier. 

Tiempo de morir

Tiempo de morir



Qui a envie de voir un western mexicain écrit par un Gabriel García Márquez qui règle ses comptes avec le patriarcat ?
En tous cas, à Potemkine, nous avons adoré ce premier film d'Arturo Ripstein, ressorti chez Sidonis en DVD et Bluray.  

Le clan des irréductibles

Le clan des irréductibles




Paul Newman n'était pas qu'un immense acteur. Il était aussi un immense réalisateur. Il fut même, à son époque, un des plus grands spécialistes du drame familiale. Son "clan des irréductibles", moins connu que ses autres films, est pourtant, peut-être, le point d'orgue de sa filmographie.

Fureur apache

Fureur apache


Si vous êtes de ceux qui pensent que le western est un genre à papa, bien ronflant et calibré pour les dimanches chez papi et mamie, alors vous n'avez certainement jamais vu "Fureur Apache", qui n'a pas volé sa réputation de western radical. Radical par sa violence, radical par sa subversion,  "Ulzana's Raid" de son vrai nom est à l'image de la fin de carrière d'Aldrich : sans concession, désespéré, violent, iconoclaste, moderne mais surtout passionnant. 



L'île du Docteur Moreau

L'île du Docteur Moreau

Il n'y a qu'une seule adaptation valable du roman de H.G Wells, le célèbre L'île du Dr Moreau, et c'est celle de 1932. C'est un film court, moins de 80 minutes, bien assez pour constituer un petit diamant qui brille dans la nuit noire et profonde des hommes.

Propriété privée de Leslie Stevens

Propriété privée de Leslie Stevens




Film oublié puis réapparu au détour d'une restauration, on a bien fait de se ré-intéresser à ce "thriller" aussi étrange que novateur, tourné en 1960, sans argent et dans un décor unique (à savoir le domicile du réalisateur).

Lumière !

Lumière !




Parce que nous connaissons tous la sortie d'usine, le train arrivant en gare de la Ciotat et l'arroseur arrosé, nous pensons tout savoir du gros millier de films que réalisèrent les Lumière et leurs opérateurs. Or il n'en est rien. Revoir attentivement ces tout premiers films de l'histoire du cinéma, c'est assister aux premiers gestes d'apprivoisements de la caméra, au premières pensées de la mise en scène cinématographique. C'est aussi redécouvrir les idéaux d'une époque où l'on voulait enfin "offrir le monde au monde". 

L’ALBERTONE (5 FILMS D'ANTHOLOGIE AVEC ALBERTO SORDI)

L’ALBERTONE (5 FILMS D'ANTHOLOGIE AVEC ALBERTO SORDI)



Moins connu dans nos contrées que Gassman ou Mastroianni, Sordi fut pourtant l'un des piliers de l'âge d'or de la comédie italienne. D'ailleurs, si vous ne le connaissez pas encore, ou peu, ce coffret édité par Tamasa vous permettra de combler les lacunes. Et c'est peu dire que l'éditeur nous gâte avec cet objet tant la remarquable qualité des cinq films, leur puissance, leur pertinence et leur subversion pourra en souffler plus d'un.